La recherche en gestion s’intéresse de plus en plus à la manière dont il est possible d’aider au développement des activités économiques au sein de populations défavorisées (Pearce, 2005). Plusieurs réponses liées à la microfinance (Adams et Von Pischke, 1992 ; Battilana et Dorado, à paraître) ou aux développements de la responsabilité sociale des grandes entreprises (e.g. Olsen et Boxenbaum, 2009 ; Hopkins, 2007) ont été fournies. Le but de ces démarches est de mettre en place des opportunités dont les personnes défavorisées peuvent se saisir pour développer des entreprises. Ces approches comprennent notamment deux limites. D’une part, elles considèrent qu’une fois les opportunités en place, les personnes défavorisées s’en saisiront. Il est pourtant admis pour des entrepreneurs « classiques », qui sont souvent issus de milieux plus favorisés, et dont la recherche a bien établi qu’il était important de les accompagner tout au long des premières années de mise en place de leurs entreprises. Or ce processus d’incubation ne semble pas avoir été étudié concernant les populations défavorisées alors même qu’un tel accompagnement semble encore plus important dans leur cas. D’autre part, la recherche s’est concentrée sur la création d’entreprises « traditionnelles » au sein de ces populations et a peu étudié la création d’autres formes organisationnelles, alors même que la recherche a montré que la lutte contre la pauvreté pouvait conduire à des solutions organisationnelles particulièrement innovantes (par exemple Marti et Mair, 2009 ; Tracey et Phillips, 2007). Nous proposons dans notre étude de prendre en compte l’incubation d’une forme organisationnelle moins étudiée, celles des coopératives populaires, c’est-à-dire des structures dans lesquelles la propriété et les bénéfices sont partagés entre tous et les décisions prises collectivement. Notre article propose d’étendre les travaux existants dans deux directions. D’une part, nous examinons la mise en place et le fonctionnement d’un incubateur destiné à aider les populations défavorisées. Ce faisant nous étudions les spécificités de l’incubation dans un tel contexte, et la manière dont les travaux sur l’incubation peuvent être mobilisés dans la lutte contre la pauvreté, mais aussi enrichis par les expériences dans ce domaine. D’autre part, nous étudions le suivi et la mise en place de formes organisationnelles particulières, les coopératives populaires, proposant ainsi d’étendre l’arsenal organisationnel dont nous disposons dans la lutte contre la pauvreté. Empiriquement, nous procédons à une étude de cas parmi les incubateurs de coopératives populaires appelés « incubateurs technologiques de coopératives populaires » (ITCP), qui se sont développés au Brésil depuis le milieu des années 1990. Nous centrons notre analyse sur le cas de l’ITCP de l’université fédérale de Rio pour deux raisons, d’une part, il s’agit du premier ITCP créé et il demeure aujourd’hui encore une référence majeure et un acteur central du développement de ce type d’incubateur. D’autre part, ceci nous permet de proposer une étude du développement de l’ITCP et de la mise en place de ses méthodes d’incubation. Les résultats de notre étude de cas soulignent les spécificités de l’action de l’ITCP, ainsi que celles des coopératives populaires. L’ITCP assure un large soutien aux coopératives, forme leurs fondateurs aux principes marchand et coopératif, et contribue à assurer leur légitimité. L’étude indique également que l’ITCP remplit des missions proches de celles de l’éducation populaire, et par celles-ci contribue à la modification de l’environnement local dans lequel les coopératives populaires incubées opèrent. Cet article se compose de trois parties. Dans une première partie, nous introduisons le modèle organisationnel des coopératives populaires de Rio de Janeiro et la spécificité de leurs mécanismes, ainsi que le fonctionnement traditionnel des incubateurs. La méthode suivie est présentée dans un encadré ci-après. Dans une deuxième partie, nous présentons notre étude du développement de l’incubateur technologique de coopératives populaires et des méthodes qu’il a mis en place. Les apports de cette étude, ainsi que les pistes futures de recherche qu’elle suggère sont discutés dans une troisième partie.

Additional Metadata
Journal Revue française de gestion
Citation
Cuenca, L, Leca, B., & Naccache, P. (2010). Lutte contre la Pauvreté et Innovation Organisationnelle. Le Cas de l'Incubateur de Coopératives Populaires à Rio de Janeiro. Revue française de gestion, 9-10(208-209), 83–99.